Mon premier raid

Le weekend dernier j'ai fait mon premier raid, le raid Goelix à Binic en Bretagne. Le raid c'est l'enchaînement de plusieurs disciplines en équipe de 2 ou 4. On trouve souvent de la course à pied, de la course d'orientation, du vtt, du vtt d'orientation, du canoë, du kayak, du paddle, du tir à l'arc. Pour ma part je suis parti avec une copine du club pour 5 km de trail, 5 km de kayak de mer, 16 km de trail, 25 km de vtt.

Pelican

Théorie

Sur les trois épreuves du jour, une seule inconnue : le kayak de mer. On en avait tous les deux déjà fait en rivière et dans ma mémoire ça n'est pas si facile que ça ! Après en 5 kilomètres on a le temps d'apprendre... Pour le trail et le VTT on pensait bien s’en sortir, à un détail près : qui dit bord de mer dit rapidement du dénivelé, que ce soit en longeant la côte ou en retournant dans les terres.

Une rapide analyse des temps de l’année dernière par ma coéquipière nous a fait comprendre que le premier trail ne devait pas être de tout repos, 31 minutes pour 5 kilomètres, il y a un truc ! Les temps du deuxième trail sont plus normaux voir carrément rapides !

Selon ces résultats on partait pour un effort d'environ 4h, départ à 12h15, donc pas simple niveau alimentation. On opte pour le petit déjeuner copieux ainsi que pour pas mal de grignotage au cours de la course, notamment sur le kayak.

Pratique

12h15, départ du premier trail

Ca part doucement, ça bouchonne, la faute à une belle petite montée assez serrée. La descente qui suit nous permet de nous replacer et de doubler. Le PUC m'a permis d'améliorer ma capacité à descente vite et sans réfléchir... Les 5 kilomètres passent très bien, le parcours est super ludique, on se dirige vers la plage et on commence à distinguer des embarcations au loin. On arrive à la fin de ce premier tronçon de trail plutôt bien placé et en pleine forme !

12h47, début du kayak de mer et de l'immense solitude

Arrivés sur la plage on fait valider la puce, on choppe un gilet de sauvetage, une pagaie, et on attrape un kayak. J'ai appris par la suite qu'il y avait des tailles pour les gillets, pour ma part j'ai pris le premier que l’on m'a donné et je l'ai accroché au dessus du sac à dos sans aucune hésitation. J'ai également pris une pagaie de la même couleur que les autres et le premier kayak venu ! Première découverte : un kayak de mer double c'est super lourd ! Ca ressemble à ça :

Pelican

On a donc galéré pour aller jusqu'à la mer, ma coéquipière a d'ailleurs sauté un peu vite dans l'embarcation, pour ne pas se mouiller les pieds ... mais à la vue de mes bras de crevette, elle est redescendue pour remonter quelques mètres plus loin une fois le bateau à l'eau ! Une fois embarqués, on a vite compris que ça allait être compliqué. La position n’est pas tout à fait compatible avec mon dos (même avec les 3 cours de yoga de septembre...), je n’ai aucune idée de comment je suis censé diriger l'engin, c'est nettement plus sensible que ce que je pensais, il y a du vent et des vagues. Il s'en est suivi 40 minutes de solitude, à tenter de donner le rythme chacun notre tour, à base de 'Gauche, Droite, Gauche, Droite, Deux fois Gauche, encore Gauche, et bim le bateau de nos voisins'. On s'est fait doubler par au moins 40 concurrents, mon orgueil en a pris un coup. Sur les 10 dernières minutes, à la vue de la plage d'arrivée il semble que l’on ai commencé à comprendre comment ça fonctionne. On est allé un peu plus droit sans trop d'efforts superflus. On a surfé quelques vagues, raclé quelques cailloux, mais on peut dire qu'il y avait du mieux !

Notre arrivée sur la plage se fait 20 mètres à gauche de tout le monde ... pas de notre faute, on a fait au mieux. On doit porter le kayak sur 50m, et le moins que l'on puisse dire c'est qu'il a encore pris du poids, on en vient à douter de son étanchéité. On le pose (en vrai on l'a laissé tombé) pas trop loin des autres bateaux et on se dirige vers un ravitaillement bienvenu :) On avale trois verres d'eau, on grignote un peu et nous voilà lancés dans les 16km de trail, les pieds trempés, légèrement dégoûtés par le kayak mais lancés quand même !

13h30, trail partie 2 la revanche

On ne mettra que 200m à retrouver la forme et l'envie. Le trail part sur de bonnes bases : - des montées/descentes rigolotes dans les sous bois - un passage dans un tunnel dans le noir les pieds dans l'eau

On remonte rapidement sur nos concurrents, étonnés de nous voir arriver aussi vite. On leur explique que le kayak ça n’est pas notre truc, alors que la course à pied beaucoup plus. Courir à deux permet de garder un rythme et de ne jamais s'abriter derrière une personne qu'on vient de rattraper. On se motive mutuellement dès lors qu'on aperçoit un duo au loin, pour un duo venu en touriste on s'est vite pris au jeu, surtout qu'en mixte ça n’est pas compliqué de faire un podium au vu du peu de participants sur le 50km. On ne gère pas spécialement notre effort, on a notre rythme, on est bien, on arrive au parc à vélos dans de bonnes conditions.

14h50, VTT l’éclate

On profite des affaires laissées à côté des vélos pour manger un peu, boire et s'alléger un peu. Comme pour le triathlon le passage sur un vélo est grisant, ça va vite presque sans effort. Habituellement je fais du vélo de route, sur un vélo ultra rigide qui fait moins de 9kg, un guidon profilé, avec des pédales automatiques, un cuissard. L'effort est long mais rarement violent sauf dans les côtes où je peux me mettre en danseuse pour me faciliter la tâche. J'ai des freins à patins, qui freinent mal mais progressivement sans risque de bloquer les roues. Les VTT que nous avions faisaient au moins 15 kilos, entièrement suspendus, avec un guidon droit, des freins à disque, en short/baskets. Mon vélo :

Pelican

Le vtt :

Pelican

Peu après le début on quitte Binic pour se balader sur les petits chemins bretons. Le parcours alterne chemins, passages dans les bois et passages un peu plus techniques. Heureusement pour nous la partie technique est facile ! Heureusement car j'ai fait un soleil à un des seuls endroits compliqués à négocier... Une descente un peu plus pentue, sans trop d'adhérence où la prudence aurait voulu que je passe à pied. J'ai joué et les freins à disque mon rappelé leur présence en bloquant parfaitement la roue avant. Pas de mal, je suis reparti aussi sec, en rigolant...

Comme pour le trail, on double beaucoup de personne qui galèrent, ils hallucinent en voyant ma coéquipière passer pleine balle à côté d'eux, il faut dire qu'un tout petit gabarit sur un si gros vélo ça détonne.

A l'arrivée on finit 3ème équipe mixte !!! Le premier podium de ma vie, si mon prof d'EPS du collège me voyait ... Enfin podium, pas vraiment, seuls les premiers de chaque catégorie (homme/femme/mixte) et les 3 premiers au général sont récompensés. Ce qui donne 7 mecs pour 3 filles, c'est assez triste et un peu bête.

Alors c'était comment ?

Ce premier raid était bien cool, 4h d'effort continu, pas vraiment de pause. Le faire à deux permet de se soutenir lors des coups de mou et de partager les galères, c'est réellement l'aventure qui compte pas le résultat !

Ce que je changerai dans la préparation/l'équipement : - faire un tour de kayak avant le jour J ... - prendre deux paires de lunettes de soleil histoire d'en avoir une propre pour le vélo. Après 2h30 de trail/kayak elles sont inutilisables... - s'assurer qu'il y a bien des portes gourdes et mettre des gourdes d'eau sur les vélos - changer ce sac décathlon peu pratique par le gilet Salomon (maman si tu lis cette phrase, c'est la période de mon anniversaire :) )

Est ce que je pense en refaire ?

Oui ! Le prochain sera probablement du côté du Pays Basque, on nous en a beaucoup parlé, 50€ tout compris dans un super camping, avec du trail, du vtt, de la course d'orientation, du paddle (aie, on va rigoler). Les copains sont tous d'accord pour y aller ! Ca va encore être une belle aventure.

Bonus:

Les traces strava sont rigolotes :

Le trail + kayak Le vtt

Pelican

Les copains

Suivez moi !